Ahmad Ibn Twiyyar Al Janna : Sur le chemin de la Mecque

Les relations politiques entre le Maroc et le pays connu sous le nom de Chinguit, ou la Mauritanie actuelle, s’étaient considérablement relâchées au XIXème siècle. Mais sur le plan religieux et spirituel, les élites de ces contrées sahariennes continuaient à regarder vers le califat de l’ouest.

Au moment où le Murabit mauritanien Ahmad Ibn Twiyyar Al Janna s’apprêtait à rejoindre la caravane des pèlerins marocains rassemblée à Fès, une nouvelle bouleversante est arrivée de l’est : les Français viennent d’occuper la ville d’Alger et ne comptaient pas s’arrêter là. Consternation au Maroc et dans le Maghreb en général. Désormais, les voies terrestres menant aux lieux saints de l’islam sont coupées devant les fidèles de l’Occident musulman, et Ibn Twiyyar Al Janna devra emprunter la voie de la mer s’il veut aller au bout de son dessein.
Ahmad Ibn Twiyyar Al Janna, qui a rédigé un récit de son voyage, “Rihlat al muna wa al minna”, se présente comme un alem, et il l’était en fait à en juger par ses écrits, parmi lesquels sa rihla. Et selon une tradition maghrébine fort enracinée, il joint à cela une dévotion mystique inébranlable. Ses adeptes, dont une dizaine l’ont accompagné dans son voyage d’Orient, voient en lui un saint doué de baraka, dont les bienfaits se font sentir à chaque étape de leur périple. Dès son arrivée à Marrakech en provenance du sud, les bénédictions divines abondent et lui ouvrent toutes les portes.

Par Mohamed El Mansour
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 76 actuellement en kiosque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current day month ye@r *