Ces Espagnols ennoblis au Maroc

Pour l’Espagne, puissance coloniale par excellence, le moindre fait d’armes de ses soldats, dans le coin le plus reculé de la planète ou proche de ses frontières, légitimait l’attribution d’un titre de noblesse. Beaucoup ont décroché leur titre sur nos terres. En voici quelques-uns.  

Il y a quelques années, on répertoriait 2874 titres nobiliaires dans le Royaume d’Espagne. Ces titres héréditaires étaient possédés par 2205 personnes, dont 400 trônaient sur l’échelon le plus haut, le saint des saints de la noblesse espagnole, celui des « Grands d’Espagne » qui sont réunis dans un club très sélect et très officiel, la Députation permanente et le Conseil de la Grandesse d’Espagne.
Etre noble en Espagne suppose un privilège symbolique et honorifique puisque les titres nobiliaires sont accompagnés du prédicat « Excellentissime » pour les Grands d’Espagne et «Illustrissime » pour le reste de la noblesse. Jusqu’en 1984, les Grands d’Espagne avaient droit à un passeport diplomatique. Si l’Etat espagnol -le ministère de la Justice en particulier- reconnaît et régule ces titres, il n’y a pas de dotation économique pour ces nobles, dont certains sont fortunés et d’autres non. Car être noble ne suppose aucun avantage financier et la Grandesse d’Espagne est une dignité supplémentaire que concèdent les rois, souvent au compte-gouttes, à un noble déjà titré.
Dans la noblesse espagnole, comme dans les autres nations européennes, on trouve des ducs, des marquis, des comtes, des vicomtes, des barons et enfin des seigneurs, ces derniers étant les moins nombreux. Sept selon les dernières statistiques. Il y a également des «hidalgos», membres de la petite et très vieille noblesse non titrée, dont le personnage le plus représentatif est le «Don Quichotte» de Cervantès. Un noble de sang dévalorisé, comme d’ailleurs la plupart des hidalgos d’aujourd’hui. Durant la Seconde république espagnole (1931-1939), les titres nobiliaires ont été abolis, parce que considérés comme archaïques et synonymes de la monarchie exécrée des Bourbon.

Par Adnan Sebti
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 78 actuellement en kiosque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *