Il était une fois Mazagan

L’histoire du Maroc s’est surtout écrite à Marrakech, Fès, Meknès et Rabat, des villes que les différentes dynasties avaient choisies comme capitales. Mais elles ne sont pas les seules.  

Mentionné dès le XIIème siècle par des géographes arabes puis transcrit phonétiquement par la cartographie marine européenne, Mazagan est un vieux toponyme d’origine locale qui désigne au départ un site avant de devenir naturellement le nom de la ville qu’il accueille. Héritage de ce passé lointain, ce nom sera en vigueur jusqu’à l’indépendance du Maroc puis remplacé par El Jadida. Depuis quelques années, on enregistre un retour à cet ancien nom.
En 2004, par exemple, la cité portugaise a été classée patrimoine mondial par l’UNESCO sous l’appellation « ville portugaise de Mazagan ». Cette  revendication, portée tant par des Marocains que par des étrangers, révèle à juste titre une certaine fierté d’appartenance à une culture partagée. Une identité plurielle.

De Mazagan à El Jadida
J’ouvre ici une parenthèse personnelle. En 1987, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire d’El Jadida et j’ai eu alors l’idée de réunir quelques anciens de la ville pour qu’ils évoquent leurs souvenirs. J’ai toujours pensé que les témoignages oraux pouvaient enrichir notre savoir en matière d’histoire locale. J’avais donc proposé au directeur de l’Institut français, qui était encore une minuscule antenne de l’Institut culturel français de Casablanca, d’organiser une table ronde sur le thème de «L’histoire d’El Jadida racontée par ses anciens habitants».

Par Mustapha Jmahri
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 79

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *