• Accueil
  • Dossiers
  • La traite des noirs entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest

La traite des noirs entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest

Une des pages noires de l’histoire du Maroc est ce long épisode d’asservissement des populations noires ramenées d’Afrique subsaharienne par des négriers avides de gain. Les voix dissonantes étaient bien là, au nom de l’islam, mais bien isolées. Comme celle d’Ahmad Baba Al Timbucti.

Dans notre tradition orale, les mots « noir » et « esclave » sont synonymes, ou presque. Même si tous les esclaves qu’a connus le Maroc n’étaient pas noirs. Il y avait bien des esclaves blancs, parmi lesquels ces fameux circassiens qu’on faisait venir à grands frais du Caucase. L’exemple le plus connu de notre histoire récente est celui de Lalla Rkia, esclave du sultan Moulay Hassan et mère de son fils Moulay Abdelaziz. Mais le nombre de ces esclaves blancs était insignifiant par rapport au total, d’où le télescopage de sens entre couleur et condition juridique et sociale. L’esclavage est sans doute l’institution la plus ancienne du monde. Les grandes religions n’ont rien fait pour l’abolir car il faisait partie de l’ordre naturel des choses. L’islam, plus que les autres religions monothéistes, a essayé de «l’humaniser» en exhortant les fidèles à affranchir leurs esclaves pour expier leurs péchés.

Par Mohamed El Mansour
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 74 actuellement en kiosque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/** * The template for displaying the footer * * Contains footer content and the closing of the #main and #page div elements. * * @package WordPress * @subpackage Twenty_Fourteen * @since Twenty Fourteen 1.0 */