Le Maroc… et les autres

Non, le Maroc n’est pas le seul. Tour du monde (de la violence), du Maghreb au monde arabe en passant par le reste du globe.

«La violence est-elle le propre du Tunisien?», «Pourquoi l’Algérien est-il violent ? », «Pourquoi violence, sectarisme et incompétence continuent de régner au Moyen-Orient ? »… Le Maroc n’est pas le seul à se demander si sa société est intrinsèquement violente ; le reste du Maghreb, notamment à travers ses médias et ses intellectuels, s’interroge aussi. En Algérie, Houria Ahcen-Djeballah, professeure en psychologie à l’université de Bouzaréah, invitée à s’exprimer sur le sujet, a explique que « la violence actuelle est due à la Décennie noire. Après la terreur et la peur, la société est aujourd’hui traumatisée». Si la réponse semble quelque peu sommaire, elle met néanmoins le doigt sur un élément important : la violence n’est pas une affaire de gènes et encore moins un atavisme arabe ou maghrébin. Contrairement à ce que véhiculait, justement, l’imaginaire colonial qui considérait que la violence était « une maladie congénitale de l’Arabe ». Mais alors, d’où vient cette difficulté à vivre ensemble, cet incivisme ordinaire ?

Par Nina Kozlowski
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 83 actuellement en kiosque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *