Le vrai-faux kidnapping de Mohammed V

En 1954, un ancien espion et un gangster britanniques sont mystérieusement mandatés par des nationalistes arabes pour kidnapper le sultan Ben Youssef, alors en exil à Madagascar. Objectif : le rapatrier en Egypte et lui donner les commandes de la lutte contre la colonisation. Retour sur une affaire invraisemblable.

C’est une histoire rocambolesque, où la frontière entre film d’espionnage type James Bond et vaudeville façon Louis de Funès et Bourvil est franchement ténue. Et la frontière entre vérité et élucubrations aussi. En juillet 1954, deux britanniques sont mandatés pour une mission assez spéciale, voire périlleuse : kidnapper le sultan déchu, alors installé à Madagascar, et le ramener en «territoire arabe», plus précisément au Caire, épicentre de la lutte nationaliste. L’affaire fait les choux gras de la presse britannique dès le mois d’août 1954. La source de ces révélations n’est autre que l’un des deux «missionnés», un certain Eddie Chapman. Un Britannique haut en couleurs et au parcours trouble, passé du statut de cambrioleur à celui d’agent double pour le compte de sa patrie et du MI5 pendant la Seconde guerre mondiale. Une sorte d’antihéros, mi-barbouze mi-mercenaire, gouailleur et prompt à «se faire mousser», le tout avec une allure et un parler de truand. Le 22 août 1954 donc, dans les colonnes de « The Truth » (La vérité), un journal australien (qui deviendra plus tard le «Sunday Mirror»), Chapman raconte comment il a rallié Tanger pour se lancer dans un business de contrebande avant d’être sollicité pour kidnapper le sultan exilé.

Par Nina Kozlowski
Lire la suite de l’article dans Zamane N° 80

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *