Tous les hommes descendraient d’ancêtres communs ayant peuplé la péninsule arabique

Et si nous étions tous Arabes ? Certes, l’homme moderne est né il y a environ 200.000 ans en Afrique, mais la lignée humaine s’est ensuite répandue dans le monde. Et, selon les paléogénéticiens des universités de Leeds et de Porto, dont l’étude a été publiée dans le Journal of Human Genetics, l’humanité aurait d’abord franchi la mer Rouge pour faire escale dans la péninsule arabique. Les hommes s’y sont sédentarisés et se sont développés au cours de milliers d’années, avant de se répandre en Europe et en Asie. Les scientifiques sont parvenus à cette hypothèse grâce à la mitochondrie, un minuscule organite qui fait office de centrale énergétique dans nos cellules et possède son propre ADN. Puisqu’elle est capable de muter, il suffit que les généticiens observent la même mutation chez deux peuples différents pour en conclure qu’il existe un passé commun. Ils ont donc prélevé l’ADN mitochondrial sur des centaines d’individus dans le monde et dans la péninsule arabique. Verdict : tous les hommes, hormis les Africains, ont effectué un passage en Arabie. D’ailleurs, l’archéologie avait aussi défendu cette thèse après que le Docteur Eléanor Scerri, de l’Université de Bordeaux, avait découvert en Arabie Saoudite des fossiles identiques à ceux trouvés en Afrique. Pas sûr que cette découverte fasse plaisir à tout le monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current day month ye@r *