Qu’est-ce qui a tué Aghmat ?

Fondée avant Marrakech, la brillante capitale almoravide du XIe siècle a été désertée trois cents ans plus tard. Les archéologues tentent de reconstituer l’histoire de sa splendeur et de son déclin

La mort d’une ville est souvent auréolée de mystère. Seule l’archéologie permet d’établir une autopsie fiable. Cette science a la capacité de faire parler la pierre et de ressusciter les histoires qu’elle contient. Car au fur et à mesure que le temps passe, histoire et légende se chevauchent, se complètent jusqu’à se confondre. Les découvertes archéologiques peuvent contredire ou bien confirmer les récits historiques, comme le montre le cas de Aghmat. Brièvement érigée en capitale par les Almoravides, elle a connu de longues années de faste avant de se vider de sa population. Une histoire douloureuse dont la mémoire collective a gardé des bribes et des récits exagérés.
Deux fois capitale
Située au pied du Haut-Atlas, à 30 km de Marrakech, l’actuelle Aghmat n’est qu’une bourgade dans une région très rurale. Pourtant ce site est considéré comme l’une des plus importantes cités de l’Occident musulman durant le Haut Moyen-âge. L’occupation humaine y remonte à la période préislamique, mais c’est à partir du VIIe siècle qu’elle devient une cité à part entière. A l’époque idrisside (VIIIe-Xe siècle), la ville est décrite comme florissante par les géographes, et connue pour sa frappe de monnaie. C’est à la fin du Xe siècle que commence la période de gloire d’Aghmat : elle devient, dès le début du XIe siècle, la capitale d’un émirat local autonome, celui des Zénètes Maghrawa.
C’est l’époque où la célèbre Zineb Nafzawiya, mariée à Laqout Ibn Youssef, est reine de Aghmat. En raison de sa qualité de capitale des Maghrawa, ce sera une des bases des Almoravides dans leur avancée vers le Nord. Au milieu du XIe siècle (1057-1058), l’émir Laqout Ibn Youssef est déchu par les Almoravides et Aghmat consacrée capitale de la dynastie. Mais très vite, les Almoravides s’attellent à fonder Marrakech, entre 1060 et 1070. On sait que Zineb y participe activement, remariée successivement aux deux premiers princes almoravides, Abou Bakr Ibn Omar et Youssef Ibn Tachfin. Deux autres « célébrités » vivent à Aghmat sous le règne de Ibn Tachfin, deux rois déchus et exilés de El-Andalous : le roi de Séville (et célèbre poète) Mouatamid Ibn Abbad, et le roi de Grenade, Abdallah Ibn Bologhin. Emprisonnés à Aghmat, ils sont morts dans les années 1090. Leurs tombeaux y sont toujours.

 

La suite de l’article dans zamane N°6

Par Amira Géhanne Khalfallah

Une réflexion au sujet de « Qu’est-ce qui a tué Aghmat ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *