• Accueil
  • Vrai
  • La princesse Lalla Amina est née à Madagascar

La princesse Lalla Amina est née à Madagascar

Mohammed VI a récemment effectué une visite d’Etat à Madagascar, dans le cadre de sa tournée africaine, et en a profité pour visiter la ville d’Antsirabe et l’Hôtel Terminus, qui a accueilli sa famille en exil à partir de 1954. L’occasion de se rappeler un événement dramatique de l’histoire, qui a eu malgré tout son petit lot de bonheur. Notamment, la naissance d’une princesse, le 8 avril 1954, officiellement née sur cette île lointaine de l’océan Indien qu’est Madagascar. Prénommée Lalla Amina mais surnommée Lalla Mina, cette enfant, la petite dernière, est le fruit de l’union entre MohammedV et sa seconde épouse, Lalla Bahia. Cette passionnée de cheval, dès son plus jeune âge, que l’on décrit comme une sportive au caractère bien trempé, était la fille préférée de Mohammed V, la seule aussi à détenir des papiers français, et sans doute la plus éloignée des projecteurs. De retour au Maroc, en 1955, elle apprend l’art d’être une princesse et partage onze années de sa vie avec une jeune camarade nommée Malika Oufkir. A la mort de son père, Hassan II fera la promesse solennelle de la protéger comme sa propre fille. Lalla Amina s’est éteinte à cinquante-huit ans, le 16 août 2012.

3 réflexions au sujet de « La princesse Lalla Amina est née à Madagascar »

  1. Ceci est la simple vérité, merci pour cet article très intéressant. Et effectivement Madagascar fait parti des destinations touristiques les plus visitées. Que ce soit à l’Est, à l’Ouest ou dans le Sud, cette petite île dispose de plusieurs endroits extraordinaires à découvrir. Sans oublier le beau paysage, les faunes, les flores, et la tradition Malgache. De ma part j’ai déjà visité le Parc National de Ranomafana, c’est très séduisant. Je veux encore voyager à Madagascar

  2. Savez-vous que la faune de Madagascar, tout comme sa flore, est très riche. En effet celle-ci présente entre 80 % et 90 % d’espèces endémiques. Cette notion d’endémisme bien qu’elle ne soit pas inexacte reste subjective, puisque dépendante du niveau taxonomique (Espèce-Genre-Famille-Ordre) à partir duquel se positionne l’observateur et de la surface ou du milieu considéré. De nombreux taxons spécifiques (Daubentonia) ou génériques (Brookesia), sont strictement endémiques à Madagascar, mais aussi, plus rarement au niveau de la famille (Opluridae) et atteignent donc des taux d’endémisme proche ou égaux de 100 %.Je veux voyager à Madagascar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *