Le Maroc a échappé de justesse à une catastrophe nucléaire

à l’aube du 31 janvier 1958, le code d’alerte militaire « Broken Arrow » est déclenché dans les QG américains. Cet échelon gravissime est utilisé en cas d’incident impliquant une arme nucléaire. Et c’est justement ce qu’il s’est passé sur la piste de la base aérienne de Sidi Slimane, située à peine à une centaine de kilomètres de Rabat. Alors possession américaine, cette base vit en effet, à cette date, une situation explosive. Un bombardier B-47 transportant une bombe nucléaire prend feu. L’ogive, composée d’une capsule nucléaire et d’une charge explosive, risque de se déclencher. Pendant sept heures, l’engin brûle dangereusement. Bien heureusement, le dispositif de sécurité tient le choc. Toutefois, la chaleur de l’incendie provoque des fuites de polonium potentiellement dangereuses. Au final, le pire a été évité. L’incident est tenu secret de longues années durant. Les conséquences sont encore aujourd’hui difficiles à quantifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/** * The template for displaying the footer * * Contains footer content and the closing of the #main and #page div elements. * * @package WordPress * @subpackage Twenty_Fourteen * @since Twenty Fourteen 1.0 */