Religion : L’apostasie en débat

Récemment, le Conseil supérieur des oulémas a abordé la question de l’apostasie. Sa position n’a pas changé, mais elle pourrait bien finir par évoluer. Explications.

Le Conseil supérieur des oulémas a-t-il vraiment modifié sa position sur l’apostasie ? Plusieurs journaux et sites d’information, nationaux et étrangers, ont en effet annoncé l’émission d’une fatwa qui annulerait la peine de mort pour les apostats. Un emballement médiatique qu’il faut relativiser. Oui, récemment, au cours d’une session ordinaire du Conseil, les oulémas ont abordé la question, et plusieurs d’entre eux ont fait part de leur vision en distribuant un document intitulé « La voix des savants ». Un texte où l’apostasie, toujours passible de la peine capitale,  n’est pas employée pour décrire un changement de religion mais plutôt un crime de « haute trahison » de nature politique ou patriotique. Il n’y a donc pas eu de changement officiel. Mais le débat est bel et bien enclenché et certains oulémas prônent une évolution. Ce qui est déjà un progrès. Pour rappel, lors de la rédaction de la Constitution de 2011, un article sur la liberté de conscience avait été supprimé, sous la pression du PJD notamment. Un an après, en 2012, les oulémas avaient eux-mêmes enfoncé le clou à travers l’émission d’une fatwa où l’apostat -tout Marocain ayant changé de religion- était passible de la peine de mort. Dans la foulée, Mohammed VI avait, semble-t-il, subtilement montré sa désapprobation, en participant à une causerie religieuse qui débattait des libertés en islam. La preuve qu’au niveau institutionnel, les choses avancent doucement mais sûrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current day month ye@r *